Faire un don
Faire un don
Bernard Bazillon

Bernard Bazillon

Président de Enactus France

Qu’est-ce qui a motivé l’implication de KPMG dans Enactus ?

Enactus, qui intervient dans l’enseignement supérieur, sur la thématique de la sensibilisation à l’entrepreneuriat social, s’inscrit très bien dans la continuité des actions de la fondation KPMG France. J’assure la présidence de l’association depuis 2 ½ ans. Mon rôle est de faire en sorte que toutes les acteurs – les entreprises mécènes, les conseillers pédagogiques, les personnes qualifiées – y trouvent leur compte, tandis qu’Aymeric Marmorat, Directeur exécutif d’Enactus France, agit en aval pour faire émerger les projets et diffuser l’esprit d’Enactus : il est la stratégie en action !

La fondation d’entreprise KPMG France favorise en effet les actions d’éducation et de formation en direction de jeunes lycéens ou étudiants en difficulté, avec pour ambition de renforcer les actions d’éducation, de formation et d’entrepreneuriat des jeunes issus des quartiers sensibles avec le concours des collaborateurs de KPMG France.

Aujourd’hui, la fondation KPMG porte environ 300 programmes et projets par an, parmi lesquels le Programme Lycée, qui intervient dans les classes de Bac pro et BTS compta. L’idée est de montrer à ces jeunes, qui souvent sont dans ces filières par défaut, que la comptabilité, loin d’être rébarbative, peut être une clé d’entrée dans la vie professionnelle pour faire autre chose, notamment créer son entreprise. Pour Enactus, l’entrepreneuriat social est un formidable outil pour développer chez les jeunes l’esprit d’entreprendre et le sens de l’engagement à travers la pédagogie du projet.

Quels sont la vision et les objectifs d’Enactus en matière d’entrepreneuriat social ?

Nous avons vite repéré que créer une entreprise sans intégrer dans le business plan, la dimension humaine et l’impact social, n’intéresse plus les jeunes. Ils ont déjà compris que notre modèle de société basé sur la redistribution a trouvé ses limites et que la valeur doit être partagée dans les entreprises. Le bien commun préoccupe davantage les jeunes générations que « la croissance pour la croissance » : dans leur vision du monde, la croissance ne doit plus détruire mais être inclusive et prendre en compte le développement durable. On est à un point d’inflexion dans le développement de nos sociétés occidentales : plus que jamais, les jeunes veulent changer le monde en donnant du sens à leur action. Or, selon la définition du Mouves, l’entrepreneuriat social est une manière d’entreprendre qui place l’efficacité économique au service de l’intérêt général. Quel que soit le statut juridique des entreprises (association, coopérative, structures capitalistiques…), leurs dirigeants font du profit un moyen, non une fin en soi.

Impliquant et responsabilisant, son programme, qui allie accompagnement et expérimentation, permet à des jeunes de réaliser, en équipe, leurs propres projets d’entrepreneuriat social et solidaire. Trois principes l’animent :

Apprendre en faisant : c’est en passant à l’action, en allant sur le terrain, en rencontrant les parties prenantes, en testant, échouant, recommençant, évaluant que les étudiants développent leurs projets et par la même occasion leur savoir-faire et leur savoir-être.

Entreprendre en équipe : les étudiants sont organisés en équipes. Ils apprennent ainsi à travailler ensemble, à s’écouter, à s’organiser et à prendre des décisions collectives.

L’économie au service de l’homme : tous les projets développés au sein d’Enactus portent cette vision qu’il est possible de concilier performance économique et impact social.

Ce programme a montré qu’il était réellement stimulant pour les jeunes, et maintenant nous souhaitons changer d’échelle : dans les autres pays où intervient l’initiative d’Enactus, les projets sont déjà incubés ou au stade de la réalisation lors qu’ils participent aux compétitions locales et à la World Cup., et partant de ce constat, nous voulons aller plus loin dans le suivi de l’impact économique, social, et la création de valeur. A cet effet, nous devons systématiquement suivre les projets tout en accompagnant les étudiants au plus près, tant au niveau global que local. C’est pourquoi nous avons sollicité la Fondation Entreprendre, afin de démultiplier la présence régionale d’Enactus en créant 3 nouvelles antennes régionales d’ici à 3 ans.

En quoi est-ce important pour Enactus que la Fondation Entreprendre soutienne ces ambitions ?

En nous accordant à partir de 2016 son soutien pluriannuel, la Fondation Entreprendre devient un partenaire d’excellence, qui nous fait bénéficier de sa vocation pour le développement de l’esprit d’entreprendre des jeunes ; de son expertise dans l’essaimage de structure d’accompagnement ; et son rayonnement tant national que régional sur la sensibilisation et l’accompagnement à l’entrepreneuriat.

Témoignages

Coralie Houel Responsable entrepreneuriat social et durable, mécénat environnement

La rencontre avec la Fondation Entreprendre fut comme une évidence. Nous avons, dès lors, articulé un programme d’études et  d’accompagnement sur mesure, dédié au plus de 45 ans sur 3 ans. Nous nous sommes appuyés sur l’expertise de la Fondation Entreprendre, grâce à laquelle nous avons pu étudier le marché, élaborer un programme et le tester auprès d’entrepreneurs et de réseaux d’accompagnement.

Lire la suite
Ghislain Lafont donateur engagé, Ex Président de Bayard Presse

Donner c'est recevoir de multiples cadeaux : la rencontre d'autres donateurs de divers horizons, la découverte de nouveaux secteurs et de nouvelles questions dans une société en perpétuel mouvement et surtout la perspective de mettre le pied à l'étrier à tous ceux et celles qui veulent se lancer. Mais aussi se sentir en phase avec les dirigeants de la Fondation par leurs histoires, leurs rêves, leurs convictions et leur foi en l'avenir. J'aime beaucoup ce proverbe africain "Tout seul, on va vite, mais ensemble on va loin". Ne pas rester seul, naviguer en équipage comme on dit dans la Marine, voilà une belle perspective d'une traversée avec un cap : celui de l'entrepreneuriat audacieux, réaliste et exigeant.

Lire la suite
Céline Soubranne Directrice Corporate et RSE Groupe AXA

Céline Soubranne, appuie au quotidien l’engagement sociétal du groupe AXA, spécialisé dans les assurances. Elle a contribué à en structurer le mécénat, autour de deux axes liés au métier d’assureur: l’éducation aux risques et le soutien à l’entrepreneuriat. Céline Soubranne revient sur les liens qui unissent AXA France à la Fondation Entreprendre.

Lire la suite
Didier Roche Président de h’up

Didier Roche a cofondé en 2004 le groupe Ethik Investment, notamment connu pour ses restaurants et spas « Dans Le Noir ? », ses boutiques sensorielles, dont il est aujourd’hui le directeur général. Cet entrepreneur non-voyant, spécialiste des questions du handicap, est également le président et cofondateur de l’association h’up, il est à l’initiative du partenariat entre l’association et la Fondation Entreprendre.

Lire la suite
Bertrand Rambaud Président du Groupe Siparex

Siparex, l’un des premiers groupes de capital investissement français indépendants, est présent aux côtés de la Fondation Entreprendre depuis 2011. Bertrand Rambaud, Président du Groupe Siparex, évoque le choix de ce soutien à la Fondation Entreprendre et les valeurs partagées qui ont fondé ce partenariat.

Lire la suite